Portrait de galeristes : Alain et Agathe Piroir

IMG_5803

Nous avons rencontré Alain et Agathe Piroir de l’Atelier-Galerie A.Piroir

Comment décririez le style de votre galerie ? 

L’Atelier-Galerie A.Piroir est une entreprise familiale, un espace de travail et d’exposition. Nous sommes Maitres imprimeur, éditeur d’estampe d’art et galeriste, nous sommes centrés uniquement sur l’art imprimé.

Quel rôle jouent actuellement les foires marchandes d’art contemporain et comment voyez-vous ACPT trouver sa place dans cet écosystème?

Le public se déplace dans les foires pour la concentration de l’offre artistique, la rencontre avec des professionnels du milieu, c’est un lieu de contact, d’échange et d’information. Le Québec a un bassin artistique d’une qualité incroyable. Chaque métropole culturelle à une foire d’art contemporain et pourquoi pas à Montréal.

Qu’elle est l’exposition que vous avez présentée donc vous êtes le plus fier ?

L’exposition Dialogue aux carrés de Francine Simonin en 2007. C’est une série de 18 gravures éditées, imprimées et exposées dans notre Atelier-Galerie.

Montréal peut-elle devenir une plaque tournante significative pour les arts visuels et si oui comment se distinguera-t-elle?

Agathe Piroir: Je pense que Montréal peut se distinguer par ses artistes et par son milieu engagés.

Quelle a été l’étape la plus importante de votre carrière ? En quelle année, avez-vous commencé ?

Alain Piroir: Il y a eu deux étapes importantes, mes débuts en 1975 chez Georges Visat à Paris où j’ai travaillé pour des artistes tels que Max Ernst, Francis Bacon et Man Ray et en 1996 quand j’ai collaboré avec Jean-Paul Riopelle, ce qui m’a permis de m’installé au Québec.

Pourquoi faites-vous ce métier ?

Agathe Piroir : J’aime les arts visuels, les artistes et tous les passionnés de ce milieu et je me reconnais naturellement en eux.

Avez-vous une histoire d’amour avec un artiste en particulier ?

Agathe Piroir : On a toujours noué de belles relations avec les artistes, des relations privilégiées. En exemple je pourrais parler de Julius Balthazar qui travaille avec mon père depuis 1975 et ça malgré le temps et la distance, Julius vit à Paris.

Partager